Contact : +33(0)473 17 02 17 ou/or videoformes@videoformes.com

Table ronde : # Deuxième écran / premier écrit

# DEUXIÈME ÉCRAN / PREMIER ÉCRIT  

En partenariat avec l’Université Clermont Auvergne / le Service Université Culture / l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC pôle Auvergne) / Littérature au centre (LAC).

18 mars
10h
Maison de la Culture
Salle Boris Vian

Modératrice : Elise Aspord

Docteur en histoire de l’art, thèse sur l’art et l’intelligence artificielle, vie artificielle et robotique (L’Art évolutif et comportemental, Paris X, 2007). Membre associée du laboratoire Communication et Solidarité, Université Clermont Auvergne, et l’ISCC Auvergne. Conceptrice et présentatrice avec Sandrine Planchon de l’émission de Radio Campus Clermont CONTEMPORALIIS.

Participants

Lorenzo Soccavo est chercheur associé au programme de recherche « Éthiques et Mythes de la Création » à l’Institut Charles Cros et conseil indépendant en prospective du livre de la lecture et de l’édition à Paris.

Golnaz Behrouznia est artiste en résidence à VIDEOFORMES et présente Lumina Fiction  #2 à la Galerie de l’Art du Temps.

Au début était le verb-image !

Nous allons nous confronter aux deux temps de l’écriture : l’écriture ante production et l’écriture post production aux images. A travers ce double tempo se pose de nouveau la question de l’édition (pour l’artiste), et de la lecture (pour le récepteur). Lire un texte, lire une image …
Deux temps également pour cette table ronde, que nous espérons bien confronter, croiser : l’image devient verbe ; le verbe se fait image.

Ante…

L’image devient verbe. C’est l’occasion pour Lorenzo Soccavo que nous avions déjà reçu de discuter de la question de « la narration non verbale ». Comment les images seules peuvent-elles faire narration ? Qu’est-ce que nommer fait, qu’est-ce que nommer entraîne ? S’il y a nombre de courts métrages, films documentaires, fictions, film d’animations… d’histoires sans parole, en revanche, ils ne sont pas exempts, voire même reposent peut-être davantage que d’autres sur un énorme travail d’écrit en amont; travail qui rend le sujet lisible et le colore d’une certaine façon.

Post…

Le verbe se fait image. A l’heure des écritures électroniques de nouvelles pratiques apparaissent non pas stricto sensu mais rediscutées. Pour « faire le portrait d’un oiseau » ; tel aurait pu être le titre de cette table ronde ; et ainsi cela avait-il été envisagé un temps. Car il s’agit bien d’interroger avec notre premier interlocuteur la place du tweet (gazouillis) dans nos vies. L’émergence des live tweet, des tweet en direct lors d’une émission de télévision (série ou débat politique), d’une avant-première de cinéma, du suivi d’un fait divers dans la presse locale… pose la question de la position du lecteur-auteur. La chercheuse de l’université catholique de Milan, Marina Villa, parle même de deuxième écran. Interactivité, improvisation, écriture spontanée… ou à l’inverse réflexion préparée, lancée sur les réseaux sociaux, sont aussi bien au cœur de cet exercice, qu’au sein de la sphère de la twittérature, courant hérité de l’Oulipo.