Contact : +33(0)473 17 02 17 ou/or videoformes@videoformes.com

Focus Festival Hors Pistes

FESTIVAL HORS PISTES / présentation de GÉRALDINE GOMEZ, fondatrice du festival

Samedi 18 mars à 13h30
Salle Georges Conchon

A chaque édition, le festival de l’image en mouvement, Hors Pistes, imagine un programme croisant les disciplines autour d’un sujet de société.
De la condition animale, Le silence des bêtes, aux mouvements de contestation, L’art de la révolte, (la thématique de 2016 incroyablement en résonance avec Nuit Debout),  Géraldine Gomez tente de remettre en jeu les grands débats de nos sociétés à travers la scène artistique et intellectuelle contemporaine.
Plus qu’une simple manifestation thématique, Hors Pistes, c’est également un nouvel espace de réflexion autour de l’art contemporain et de sa place dans une institution. Essentiellement composée de commandes faites aux artistes, c’est une véritable communauté qui se forme à l’occasion d’Hors Pistes pour co-produire ensemble la manifestation. Car si on devait tirer un fil rouge des foisonnantes propositions que Géraldine Gomez a mis en place au sein du Centre Pompidou, ce serait celui d’une invention collective entre elle, les artistes, le public et le hasard.
Cette année, la manifestation a pris pour thème : la mer et ses traversées, une actualité qui passionne actuellement et souvent de façon tragique, le monde.  Vague à l’âme, prendre le large, naviguer sur internet, surfer sur la toile, pirate du web et des mers du sud, streaming et courants … : la mer déferle avec les mots sur nos récits, nos images, nos imaginaires, nos inconscients. Hors Pistes plonge dans cet espace métaphorique à travers une odyssée dont les artistes tiennent la barre. A cette occasion plusieurs œuvres ont été produites. Les deux films proposés ont été réalisé pour cette édition.

Page Web du festival

LES FILMS PRESENTÉS

Rester dans le noir jusqu'à devenir son paysage

De Fabrice Reymond & Loreto Martinez Troncoso
2017, film,  poésie augmentée ou kamishibai forme de cinéma conté du Japon,  43’

 » Alignés sur le quai ceux qu’on laisse nous regardent partir et ils deviennent ce que nous sommes aussi : des silhouettes noires à l’horizon, points de couture du ciel et de la terre.
Les antennes de la tourelle s’accrochent aux nuages, même en mer nous restons des pantins !
Deuxième heure de quart, je bois à la santé de la lune !
Tous les soirs, j’attends impatiemment ce moment avec toi, où le ciel et la mer s’indistinguent dans le bleu de la nuit…
Parfois l’horizon s’efface aussi en plein jour, dans la même lumière, dans le même gris, dans le même blanc. Je me sens alors incroyablement libre, comme si avec l’horizon disparaissaient les lignes de ma main et s’ouvrait mon destin.
Enfant, ce fut, je crois, devant la mer que pour la première fois, je vis en face de moi l’infini que je sentais en moi.
À force de regarder l’océan, l’horizon a découpé la peau de mes paupières par le milieu, je te vois enfin.
Inspirer profondément, faire de la place, s’étirer lentement, détendre les liens de cause à effet… Toute possibilité vient du vide que l’on fait en soi, du vide que l’on peut garder en soi. Ce vide que le désir crée dans nos corps est la matrice de toutes les possibilités, l’apparition d’une île déserte au milieu de nos souvenirs.
Je pense à toi qui marche sur la plage, point de rencontre où se cachent et se poursuivent, l’ombre et le reflet.
J’ai hâte de te retrouver, j’ai hâte de te raconter mes voyages, j’ai hâte que tu deviennes mon paysage… »
Production Hors Pistes

Rituel 3 : Le Baptême de mer

Performance & film d’Emilie Rousset & Louise Hémon
2017, vidéo, 30’

« Tout ce qui va à la mer se baptise. Les robots, on leur donne un nom. »
« C’est les pirates qui ont inventé la sécurité sociale. »
« Il ne faut pas dire le nom de l’animal aux grandes oreilles, le fameux cousin du lièvre. »
« L’anthropologie maritime est un champ très peu exploré, c’est toujours les terriens qui écrivent l’Histoire. »
« On ne baptise pas un bateau deux fois, c’est comme un enfant, ça se fait pas ! »
« A force de pêcher, on a rendu le poisson intelligent. »
« Domine, Patris et filius sanctus. Amen et Plouf… »

Charpentier de bateau, monitrice de voile, marin pêcheur, skipper, cartographe, chef de navire câblier, conservateur de musée, femme de marin, plaisancier, océanographe, gréeur-mateloteur… Ces voix transitent par le spectre d’une flibustière fendant les flots, portés par les mélopées envoûtantes d’un Neptune à la dérive.
Production Hors Pistes

Géraldine Gomez

Spectatrice et programmatrice curieuses, Géraldine Gomez s’amuse à franchir sans cesse les frontières qui délimitent les différentes disciplines artistiques pour les faire dialoguer entre elles.
Dans les programmations mensuelles qu’elle orchestre depuis 2000 au Centre Pompidou, elle cherche à découvrir puis à partager un cinéma novateur, qui défriche de nouveaux territoires artistiques en croisant d’autres disciplines : écriture, architecture, design mais également science, gastronomie, mode….
Titulaire d’une thèse en histoire de l’art contemporain, elle se passionne pour l’image et constate avec plaisir combien elle ne cesse de se réinventer.
En 2006, elle imagine et mets en place, « Hors Pistes », une manifestation annuelle pluridisciplinaire qui se développe pour chaque édition autour d’une thématique d’actualité.
Le « mauvais garçon » du Centre Pompidou, comme le dénommait le précédent président du Centre Pompidou Alain Seban, la manifestation se veut plus du côté de l’expérience que de l’exposition.
Géraldine Gomez collabore également à la programmation des déclinaisons de Hors Pistes à l’étranger (Istanbul, Reykjavik, Sao Paulo, Tokyo…) en y associant la scène artistique locale.
Elle rédige parallèlement un livre-objet-romancé sur Hors Pistes, en préparation des 15 ans de la manifestation en 2021.

Salle Georges Conchon

Salle Georges Conchon
Rue Léo Lagrange, 63000 Clermont-Ferrand