Contact : +33(0)473 17 02 17 ou/or videoformes@videoformes.com

École Supérieure des Beaux-Arts Tours Angers Le Mans

École Supérieure des Beaux-Arts Tours Angers Le Mans

La réunion des écoles de Tours, Angers et Le Mans (TALM) offre un vaste éventail de formations : art, design sonore, conservation-restauration, techniques textiles, design d’espace et design d’objet notamment. L’enseignement est dispensé par des enseignants tous professionnels du milieu artistique. Grâce à son vaste réseau partenarial dans les territoires régionaux, nationaux et internationaux, TALM permet à ses élèves de découvrir l’univers pluriel de l’art et du design contemporain, d’effectuer des stages dans le monde entier et de préparer avec efficacité leur insertion professionnelle. Par ailleurs, l’établissement accorde une attention particulière à la recherche dont il sait maîtriser les enjeux et relever les défis.

L’atelier :

« Couleurs : la lumière en morceaux » est un atelier d’initiation à la lumière et la couleur, dirigé par Hélène Mugot.

Après l’étude des questions d’optiques, de chimie élémentaire ou encore d’histoire des arts visuels, les élèves devront envisager la couleur comme moyen d’expression et d’écriture au service de l’œuvre, dans la réalisation d’un travail plastique.

L’atelier :

« Le fil et les traces » est un atelier de création et de recherche dirigé par Laurent Millet et Isabelle Lévènez en partenariat avec le Musée des Beaux-Arts d’Angers.

Centré autour d’une exposition au Musée des Beaux-Arts d’Angers, dans une perspective d’échange entre des oeuvres patrimoniales et celles des élèves, comme un parcours dans le temps et l’histoire au cœur du musée, les élèves sont invités à intervenir selon des modes divers : dialogue, appropriation, thématique, formel, historique.

La sélection :

La sélection :

Joséphine / Noémi Guihéneux / 2015 / 7'08

Une phrase du cahier d’écolière de Joséphine, aïeule lointaine, résonne entre les murs domestiques. « Tous les plaisirs de la terre ne valent pas une larme de pénitence ».
Elle tricote de blanc son vêtement de poupée quand la larme rouge touche le sol. Le trouble s’installe. Elle se dérobe alors au saisissable et dessine, par échappées, une voie de détour au seuil de la liberté.

Tribute / Milena Massardier / 2015 / 3’12

Le film établie un lien entre les différents modes de représentation de la guerre. Les reproductions et vidéos de peinture de bataille défilent au rythme de la chanson « Die Motherfucker Die » du groupe Dope, régulièrement utilisé dans des montages amateurs diffusés sur internet et s’imposant comme de véritables odes à la virilité militaire et aux armes.